Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 09:27

Les "dernières nouvelles" de l’INSU N° 229 est sortie

A découvrir :

Version en ligne : http://www.insu.cnrs.fr/node/5042

Actualités :

Un séisme en milieu océanique : une meilleure compréhension de leur phase préparatoire : http://www.insu.cnrs.fr/node/5040?utm_source=DNI&utm_medium=email&utm_campaign=DNI

Le Sahara sous la glace et les tropiques au Québec, c‘était il ya 444 millions d’années : http://www.insu.cnrs.fr/node/5041?utm_source=DNI&utm_medium=email&utm_campaign=DNI

Pourquoi une telle pollution par l’Ozone en méditerranée ? : http://www.insu.cnrs.fr/node/5025?utm_source=DNI&utm_medium=email&utm_campaign=DNI

La forme des coquilles d’ammonites enfin expliquée… par la physique : http://www.insu.cnrs.fr/node/5036?utm_source=DNI&utm_medium=email&utm_campaign=DNI

Comment limiter le réchauffement climatique global à 2°C en 2100 ? : http://www.insu.cnrs.fr/node/5037?utm_source=DNI&utm_medium=email&utm_campaign=DNI

Débâcles de glace en Sibérie : une nouvelle vision de la Léna : http://www.insu.cnrs.fr/node/5031?utm_source=DNI&utm_medium=email&utm_campaign=DNI

Le plus brillant pulsar jamais observé : http://www.insu.cnrs.fr/node/5032?utm_source=DNI&utm_medium=email&utm_campaign=DNI

La panache du volcan islandais Bardarbunga pollue l’air du Nord- Pas de calais : http://www.insu.cnrs.fr/node/5030?utm_source=DNI&utm_medium=email&utm_campaign=DNI

La formation et l’évolution des mers de sable sur Titan : http://www.insu.cnrs.fr/node/5026?utm_source=DNI&utm_medium=email&utm_campaign=DNI

Evaluation de stratégies d’adaptation de la ville au changement climatique : publication des résultats du projet Muscade : http://www.insu.cnrs.fr/node/5027?utm_source=DNI&utm_medium=email&utm_campaign=DNI

Sources : Dernières nouvelles de l'INSU N° 229

Directeur de la publication : Alain Fuchs - Directrice de la rédaction : Pascale Delecluse Responsables éditoriaux : Dominique Armand (Environnement), Christiane Grappin (Terre solide), Anthony Teston (Univers) M.Bonnot

Repost 0
Published by B Bonnot webmaster apbg Rennes
commenter cet article
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 09:12
lombrives
lombrives

Les grottes de Lombrives nous informent régulièrement de leurs événements

Visites (en petit train) et randonnées de 1 à 7 heures selon les projets:

Visites : http://www.grotte-lombrives.fr/Grand_public/Bienvenue_Decouvertes_GP.html Randonnées : http://grotte-lombrives.fr/Grand_public/Bienvenue_Randonnees_GP.html

Spectacles : Hallowen arbres de Noël, concert…

Articles : les glaciations du Quaternaire

Le quaternaire a connu une vingtaine de glaciations successives. Chaque glaciation a la particularité d’altérer les traces des glaciations antérieures ce qui fait que seule la dernière glaciation est la mieux connue. Quelles sont les traces ou témoignages de ces glaciations ? Les glaciations ont raboté nos vallées, sont à l’origine de nombreux méplats bien visibles aujourd’hui, ont charrié des matériaux parfois volumineux que l’on voit dans maints endroits du karst, ont laissé parfois des traces de boues glaciaires et de sédiments soit au sol (ce sont les argiles sur lesquelles nous marchons) soit sous formes de traces de planchers anciens (Carène, Grand cimetière, galerie des Grands gours, Galerie derrière la Vierge...). Le climat dans l’hémisphère nord a commencé à se refroidir il y a environ 3 millions d’années lors de la formation de la calotte glaciaire Arctique. Plusieurs cycles climatiques se sont succédés alternant périodes glaciaires et interglaciaires. Lors de la dernière phase de refroidissement entre 110 000 et 15 000 ans (Würm), la calotte arctique est descendue jusqu’au nord des Pays-Bas. Pendant cette période, des glaciers de montagne se sont développés dans les Alpes, mais aussi jusque dans les Pyrénées, pourtant très au Sud. Dans les Pyrénées, les glaciers ont probablement mis plusieurs milliers d’années pour atteindre leur extension maximale. Celle-ci est marquée par les moraines les plus externes que différentes méthodes de datation situent entre 40 000 et 70 000 ans. Les glaces étaient collectées dans les cirques de haute montagne, entre le pic des Trois Comtes à la limite du Couserans et le Roc Blanc à la limite du bassin de l’Aude, puis elles se rassemblaient pour donner naissance à trois fleuves de glace : ceux du Vicdessos, de l’Aston et de l’Ariège. Un peu avant Tarascon, le glacier de l’Ariège se déversait par le col d’Arbiech sur celui du Vicdessos qui lui-même remontait sur le plateau de Génat. Une véritable mer de glace, de plus de 500 mètres d’épaisseur, occupait la cuvette de Tarascon et ne laissait dépasser que l’extrême pointe du Cap de la Lesse au dessus de 1050 mètres d’altitude. Le glacier s’étendait jusqu'à Saurat pour rejoindre les glaciers descendant du massif des Trois Seigneurs. En aval de Tarascon, une langue glaciaire unique s’avançait au-delà de Foix jusqu’à 350 mètres d’altitude. Le glacier de l’Ariège, avec ses 52 kilomètres de long et un bassin versant de 705 km2 était le second glacier des Pyrénées après celui du gave de Pau. Les vallées de l’Ariège et du Vicdessos ont conservé des morphologies glaciaires observables dans le paysage: vallée en auge au niveau de Sinsat, verrous glaciaires, bosses rocheuses entre Amplaing et Arignac. Lors de sa phase d’extension puis de son retrait le glacier a aussi laissé des blocs erratiques et des moraines. Les blocs erratiques sont présents sur les flancs de la vallée jusqu’à plus de 1000 mètres d’altitude. Le Palet de Sanson à Sem est un représentant de ce type de bloc, transporté par le glacier depuis la haute chaîne et abandonné lors de la fonte du glacier. Au col de Larcat, il existe encore des moraines latérales qui montrent que la totalité de la vallée a été remplie par la glace. Entre Garrabet et le lieu-dit de la Bernière sur l’ancienne route d’Arignac ce sont des moraines de retrait qui coupent le paysage. Au moment de leur formation, la fonte du glacier devait être bien avancée et il ne devait subsister qu’une langue glaciaire limitée au fond de la vallée. La glace n’a jamais pénétré très profondément sous terre. Ce sont les eaux de fonte du glacier qui sont responsables de la réactivation des réseaux karstiques et de leur décolmatage. Les vagues d’érosion sur les parois témoignent de la puissance des torrents qui ont parcouru les galeries. Durant des épisodes de fonte particulièrement intense la totalité des réseaux devait être noyée. Au début des années 1980 (Thèse Patrick Sorriaux), la datation absolue par la méthode U-Th des planchers stalagmitiques intercalés dans les dépôts alluviaux a permis de situer la réactivation du réseau entre 90 000 et 20 000 ans et de dater indirectement du Würm la phase d’extension maximale du glacier. Aujourd’hui, avec les nouvelles données sur l’âge des moraines externes (Thèse Magali Delmas), la fourchette se resserre pour situer cette réactivation au début de la déglaciation vers 40 000 ans avant que le glacier ne recouvre plus le massif du Cap de la Lesse et entame son recul. Les sables glaciaires sont omniprésents dans le réseau et les grottes de la région. Ils sont souvent associés à des galets de roches cristallines et sont les équivalents des moraines de surface. L’érosion souterraine a aussi dégagé des dépôts plus anciens témoins d’une histoire géologique dont presque toutes les traces ont disparu de la surface, détruites par la dernière glaciation. Il s’agit de dépôts alluviaux très cimentés plus vieux que 130 000 ans peut-être associés à plusieurs stades glaciaires anté-Würm, de vieux planchers stalagmitiques correspondant à une longue période d’assèchement antérieure à 250 000 ans et d’argilites rouges encore plus anciennes. Suite au travail pionnier de Patrick Sorriaux sur le réseau de Niaux-Lombrives-Sabart en 1982, un programme de recherche de haut niveau avec des méthodes de datations modernes (datation par les nucléides cosmogéniques des systèmes karstiques étagés) a été lancé en 2012 avec un ré échantillonnage des dépôts les plus anciens conservés dans les galeries de Lombrives et de Niaux. Les premiers résultats (fin 2013) sont très encourageants et les sédiments alluviaux les plus anciens viennent de livrer deux âges pliocènes (3 millions d’années) qui confirment la grande ancienneté de ce système karstique. Le recul et la disparition des glaciers ont été relativement rapides et probablement plus précoces que dans les Alpes à cause de la position plus méridionale des Pyrénées. Il faut aller chercher les traces de cette disparition dans les tourbières d’altitude. Dans celle de Freychinède, au-dessus de Suc à 1450 mètres d’altitude, des sédiments lacustres montrent qu’il y a 21 000 ans il n’y avait plus de glace descendant du massif des Trois Seigneurs. A la même époque, le glacier du Vicdessos devait donc être très réduit et ses eaux de fonte ne pénétraient plus dans la grotte de Niaux. Le glacier de l’Ariège, lui aussi en phase de recul n’atteignait probablement plus Tarascon. En disparaissant définitivement le glacier a libéré l’accès aux vallées de l’Ariège et du Vicdessos. L’homme préhistorique jusque là cantonné au piedmont des Pyrénées les a remontées et s’est installé dans les porches et abris sous roche autour de Tarascon. Un radoucissement majeur intervint il y a 10 000 ans. Il marqua le début de la période interglaciaire actuelle (Holocène). De nos jours, il y a encore quelques glaciers dans les Pyrénées mais ils se cantonnent aux plus hauts sommets de la partie centrale de la chaîne sur le Balaïtous, le Vignemale ou encore l’Aneto. En Ariège nous avons le minuscule glacier de l’Arcouzan au sommet du mont Vallier (Couseran)... Ce sont les derniers jalons de la grande glaciation du Würm mais les conditions climatiques ne sont plus favorables pour leur conservation et si l’évolution des dernières années se poursuit, ils pourraient disparaître dans les prochaines décennies. Les divers témoignages de la dernière glaciation Depuis le porche Raoul Perpère : • Bloc erratique dans le diverticule à gauche dans le porche • Petit chaos dans la Galerie Blanche. Trois explications peuvent être données sur sa formation : o Un cyclope serait venu dans la grotte aurait pris dans sa main droite 3 palets de granit et les aurait lancés contre la voûte qui se serait alors effondrée (explication qui fut donnée lors de la venue de la famille Bonaparte). o Le torrent sous glaciaire a véhiculé de l’acide carbonique qui agissant chimiquement sur la voûte qui se serait effondrée. o Lors de la fin de la glaciation, un phénomène de décompression s’est produit et la voûte se serait effondrée. Ces trois explications prennent en compte le fait les blocs erratiques de gneiss sont pris dans les sédiments argiles et sont recouverts des blocs de calcaire effondré. • Quelques planchers stalagmitiques anciens recouverts de calcite dans la salle des 1000 Colonnes • Concrétions cassées dans la salle des 1000 stalactites • Argilites litées accrochées aux parois des galeries • Blocs de gneiss partiellement enfouis dans les sédiments au sol de la Cathédrale. Par où sont ils arrivés dans cette salle ? 4 hypothèses o En ayant été charriés depuis le porche Raoul Perpère o En tombant du niveau 4 du karst o Par les 2 entrées latérales à la grande salle, entrées aujourd’hui colmatées o En tombant de la galerie perpendiculaire à cette salle qui débouche sur son sommet. • Blocs de gneiss dans les escaliers et la galerie des Etroits • Blocs de gneiss dans le grand cimetière • Blocs de gneiss entre le Lac Porte Bonheur et la Galerie du Lion. • Nombreux planchers stalagmitiques anciens entre le lac Porte Bonheur et la Vierge. • Complexe de la calcite (dépôts rouge) au départ de la galerie du Lion • Concrétions brisées dans les marbres de la galerie du Lion Ces témoignages sont la traduction visuelle des différentes circulations des eaux du torrent sous glaciaire. On pense aujourd’hui que 5 sens de circulations des eaux ont existés entre LOMBRIVES et Niaux lors de la dernière glaciation

Lien et sources : www.grotte-lombrives.fr et Grotte.lombrives@laposte.ne

M.Bonnot

Repost 0
Published by B Bonnot webmaster apbg Rennes
commenter cet article
21 octobre 2014 2 21 /10 /octobre /2014 16:19
géochronique 130
géochronique 130

Le géochronique N° 130 de juin 2014 est sorti

Géoarchéologie des ports antiques.

A découvrir :

P 1 à et 2 les prochaines manifestations.

P 3 à 9 : Actualités :

Du Burdigalien dans les vignes de Camaïsette !

Un cratère d’impact tyout neuf sur mars.

Cafards et dinosaures : www.losone.org

Gaz de schistes : spéculations et faillite gigantesque aux USA.

Géole dans l’île de Tahitou (Normandie).

Séismes et productions de gaz naturel en Hollande

P 11 0 45 : Dossier : Géoarchéologie des ports antiques.

Introduction à une étude géomorphologique des ports antiques

1 : Ports antiques : diversité des méthodes d’étude :

Le plomb, marqueurs de l’anthropisation.

Des pollens et des ports.

Ports antiques et variations relatives du niveau marin.

2 : Reconstitution de quelques sites portuaires :

L’ile du Pirée : Quand les géographes du XXIème siècle valident une assertion du savant grec Strabon, vieille de 200 ans.

Géoarchéologie du port maritime d’Alexandrie, Egypte.

Le système portuaire Portus-Ostie-Tibre, delta du Tibre, Italie.

Chronostratigraphie et biosédimentologie des ports antiques du Liban : Beyrouth, Sidon et Tyr.

3 : Paléoenvironnement de ports en Méditerranée et mer noire.

Evolution des environnements du port antique d’Orgamé (Roumanie) et influence de l’édification deltaïque du Danube.

Géoarchéologie portuaire dans le lac Maréotis, delta du Nil, Egypte.

D’un archipel à une plaine deltaïque : géoarchéologie de la péninsule de Taman (SE de la Russie.

Glossaire P 46 à 56 : Analyses d’ouvrages

Sources géochronique N°130 / Brgm

M.Bonnot

Repost 0
Published by B Bonnot webmaster apbg Rennes
commenter cet article
21 octobre 2014 2 21 /10 /octobre /2014 15:40
BN2 2014
BN2 2014

Le Bulletin National APBG N°2 2014 est sorti.

A découvrir

P 3 et 4 : L’éditorial de S Lacassie.

P 5 : Les flashs infos.

P 7 à 12 : Les informations du bureau national

P 13 à 16 : Lettre de candidature pour les instances 2014 /2017.

P 17 à 23 : Le règlement interne de l’association APBG. P 25 à 32 : Les actions nationales (avec le CNP/ propositions APBG et avec la dgesco, IGEN SVTST, l’Académie des Sciences.

P 33 à 36 : Les Journées Nationales de l’APBG « enseignements er recherches en BIO-GéoSciences », du 21 22 et 23 novembre 2014 (programme et la fiche d’inscription).

P 37 : Au BO. P 39 à 43 : Bio/Géo informations ; stages, expos voyages salons

P 44 et 46 : Fiche verte : Détermination des groupes sanguins, méthode avec produits de substitutions.

P 47 à 152 : Pédagogie lycée :

Cohérence verticale seconde /terminale (suite à la commission lycée du 15 février 2014). Mesurer l’impact des métaux lourds sur la croissance des plantes.

Un projet MPS : le suivi de la biodiversité génétique et spécifique.

Proposition de progression en MPS : sciences et œuvres d’art

Bilan de l’érosion d’un cours d’eau alpin : L’Isère à Grenoble.

P 153 à 171 : Géologie : Origine et évolution de la croûte continentale

P 173 à 178 : Evolution : Le musée de préhistoire de Tautavel

P 179 à 184 : Santé : Les effets avérés de la TV et autres par les neurophysiologistes, comme Michel Desmuget.

A partir de la page 185 à : Livres, publications et productions apbg…

M.Bonnot

Repost 0
Published by B Bonnot webmaster apbg Rennes
commenter cet article
21 octobre 2014 2 21 /10 /octobre /2014 15:34
espèces invasives
espèces invasives

Les espèces invasives en Bretagne plantes et vertébrés continentaux.

Les établissements de Bretagne ont reçu ce livre en septembre 2014 .

Repost 0
Published by B Bonnot webmaster apbg Rennes
commenter cet article
20 octobre 2014 1 20 /10 /octobre /2014 16:07

A l'attention de l'APBG,

Je me permets de vous contacter car je suis en charge d'un projet intitulé "Raconte-moi tes technologies" au sein de l'association de culture scientifique Les Atomes Crochus.

Le projet consiste à rassembler plusieurs générations autour d'objets technologiques présents ou passés, afin d'établir un dialogue entre les âges, basés sur l'échange de savoirs et de connaissances scientifiques qui font fonctionner ces objets, mais aussi de souvenirs et de témoignages sur l'évolution de nos modes de vie.

Dans le cadre de ce projet, nous vous avions contacté car nous lancions le Concours vidéo "Raconte-moi tes technologies" : cette année, c'est le festival intergénérationnel du film "Raconte-moi tes technologies" qui prend la suite. Je pense que ce projet peut être intéressant à mener en classe, dans le cadre de l'enseignement de biologie, notamment autour des biotechnologies, par exemple.

Je me tiens à votre disposition pour que nous en discutions. Très cordialement,

Céline Martineau Les Atomes Crochus - Chargée de projets 23, Rue des Balkans 75020 Paris Tel : 01 43 48 36 96 Mail : celine.martineau@atomes-crochus.org Site : www.atomes-crochus.org Site Raconte-moi tes technologies : www.tes-techniques.fr Facebook : "Raconte-moi tes technologies"

M.Bonnot

Repost 0
Published by B Bonnot webmaster apbg Rennes
commenter cet article
20 octobre 2014 1 20 /10 /octobre /2014 16:02

Voici un mail reçu, pour information et découverte :

Madame, Monsieur faites découvrir les "Coulisses de laboratoires" http://coulissesdelabo.cidem.org/ des expéditions de TARA à vos élèves.

Sur ce site internet vous pourrez vous plonger, avec vos élèves, au cœur d'investigation scientifique. Découvrez de manière ludique les instruments utilisés par les chercheurs, leur histoire, leurs utilisations, jusqu'à leur contribution aux recherches scientifiques d'aujourd'hui et notamment celles réalisées dans le cadre des missions de Tara.

A l’aide de vidéos, fiches et outils pédagogiques, abordez en classe de grandes problématiques contemporaines : biodiversité, évolution du milieu océanique, changement climatique… et bien d’autres questions vives traitées dans les programmes d’enseignement scientifique. Pour illustrer le suivi du projet en classe, un poster du laboratoire est distribué gratuitement sur demande.

Découvrez le site dédié! FRANCOIS Didier Directeur du CIDEM

M.Bonnot

Repost 0
Published by B Bonnot webmaster apbg Rennes
commenter cet article
20 octobre 2014 1 20 /10 /octobre /2014 15:52

Bonjour, Le Conservatoire d'espaces naturels de Loir-et-Cher organise une visite du site du Buisson Sabotier à destination des enseignants et enseignants-chercheurs:

Ce site, récemment aménagé par le Conservatoire est désormais doté de supports pédagogiques adaptés permettant d'observer et de comprendre les effets des cycles glaciaire-interglaciaire du Quaternaire sur le Calcaire de Beauce et d'évoquer les paysages qui en ont résulté.

Cette visite sera assurée par Jackie Despriée (Quaternaire et Préhistoire, Muséum National d’Histoire Naturelle) qui, au côté de Claude Le Doussal (Professeur honoraire de biologie-géologie), a largement contribué à la connaissance et la préservation de ce site.

Pour compléter cette visite ; Vous trouverez ci-joint le dépliant de présentation du site ainsi qu'un courrier envoyé à vos établissements respectifs. pour en savoir plus vous pouvez également consulter le lien suivant: http://www.conservatoiresites41.com/les-sites-preserves/les-sites-geologiques/57-la-carriere-du-buisson-sabotier

Merci d'offrir une large diffusion à ce mail dans vos réseaux respectifs.

Bien cordialement Emeric DU VERDIER Coordinateur Cen 41 Conservatoire d'espaces naturels de Loir-et-Cher 34 Avenue Maréchal Maunoury Porte B, 2ème étage

41 000 BLOIS

Nouveau site internet du Conservatoire ! www.conservatoiresites41.com conservatoire41@hotmail.com tel: 02 54 58 94 61

M.Bonnot

Repost 0
Published by B Bonnot webmaster apbg Rennes
commenter cet article
20 octobre 2014 1 20 /10 /octobre /2014 15:25

Le Sciences ouest N°330 mai 2014 est sorti.

Cristallographie, science aux mille facettes.

P 4 : La truite, son génome raconte l’évolution. Et signature rectorat Ac Rennes et DRE pour le DR

P 6 : Des capteurs bretons pour mars. Pôle mer Bretagne se tourne vers l’atlantique (www.pole-mer-bretagne-atlantique.com )

P 7 : Du blanc d’œuf contre les bactéries et environnement : 10 ans que les carrières progressent (http://environnement.unicem-bretagne.fr ).

P 8 et 9: Comment gérer les vagues de données numériques ?

P 9 : Un nouvel espoir contre le cancer des os.

P 10 0 18 : Dossier : La science aux mille facettes.

A voir

Dont p 18 Les cristaux épatent la galerie.

Sources sciences ouest N° 320 mai 2014. www.espace-sciences.org

M.Bonnot

Repost 0
Published by B Bonnot webmaster apbg Rennes
commenter cet article
20 octobre 2014 1 20 /10 /octobre /2014 14:32
savanturiers 9
savanturiers 9

Les "savanturiers" N°9 du CEA est sorti.

Sous le soleil exactement

P 2 et 3 : Comprendre le photovoltaïque : www.cea.fr/le_cea/jeunes/mediatheque/animations-flashs/energies/les-panneaux-solaires/%28offset%29/36 et www.cea.fr/le_cea/jeunes//espace-enseignants/ressources/lesposters-pedagogiques-du-ce

P 4 et 5 : Tout sur la filière solaire : www.cea.fr/le_cea/jeunes/mediatheque/videos/smart-grids-vers-un-reseau-electrique-autonome/%28offset%29/12 et www.cea.fr/le_cea/jeunes/mediatheque/animations-flash/energies/des-habitats-intelligent /%28offset%29/24

P 6 et 7 : Interviews et news : www.cea.fr/le_cea/jeunes/mediatheque/videos/métiers et www.cea.fr/le_cea/jeunes/mediatheque/videos/dossiers/%28offset%29/36 et www.cea.fr/le_cea/jeunes/mediatheque/videos/dossiers/%28offset%29/4

P 8 : Quiz

Sites : CEA : www.cea.fr Cea jeunes : www.cea.fr/jeunes Ines : www.ines-solaire;org/ La version web : www.cea.fr/le_cea/publications/les_savanturiers/

Sources Cea , les savanturiers N°9

M.Bonnot

Repost 0
Published by B Bonnot webmaster apbg Rennes
commenter cet article